Faitrade nous répond après la polémique des achats combos de café

News Production & commerce

Il y a quelques jours, nous avions relayé dans nos pages un cri d’alarme lancé par Angel Barrera contre des pratiques commerciales abusives d’importateurs de café (notamment en Amérique Latine) et relevant l’inaction de Fairtrade / Max Havelaar face à ce phénomène. Pour respecter l’ordre des choses, nous avions également contacté directement l’organisme pour les alerter sur le sujet.
Une action suivie d’un résultat rapide, puisque Max Havelaar a répondu quelques jours plus tard (après avoir visionné une vidéo également postée sur notre compte Instagram). Avec accord de MH, nous publions donc la réponse telle qu’envoyée.

Notons que, bien que nous appréciions la rapidité de la réaction, nous ne fermons pas pour autant le cas. Notre combat pour la prise de conscience et surtout la prise d’actions de la part de Fairtrade ne se terminera qu’au moment où des résultats concrets seront mis en place. C’est une démarche « fil rouge » (qui peut durer très longtemps) dont nous relayerons ici même toutes les étapes importantes.

Enfin, rappelons que la participation de nos lecteurs est importante, notamment en partageant l’article original. Toute aide pour accélérer le renversement de cette situation catastrophique sera grandement appréciée.

Réponse de Max Havelaar, le 02 octobre 2019

Nous avons pris connaissance de votre vidéo sur Instagram. Le sujet que vous mentionnez est un vrai défi pour le mouvement international Fairtrade/Max Havelaar.
Nous avons en effet reçu des alertes sur les dérives de certains traders et qui sont interdites par nos cahiers des charges (Standards acteurs commerciaux : critère 4.8.1. « Pratiques commerciales déloyales »1)

Une consultation publique des standards café (https://www.fairtrade.net/standard/coffee-standard-review-2019) (ouverte à tous les acteurs clé : organisations de producteurs, acteurs commerciaux, ONG, consommateurs) est en cours et a notamment pour objectif de renforcer les mesures du mouvement Fairtrade pour contrer ces pratiques commerciales déloyales. Les organisations certifiées Fairtrade produisant et commercialisant le café sont contrôlées par FLOCERT, un certificateur indépendant, agréé selon la norme ISO 17065 des organismes de certification. FLOCERT fait lui-même l’objet de contrôles visant à s’assurer qu’il répond aux normes les plus strictes d’indépendance et de rigueur.

La certification est un outil important pour vérifier que les standards Fairtrade ont été respectés. Cependant, aucun système de certification ne peut offrir une garantie absolue. Si quiconque soupçonne ou vient à connaissance de violations des cahiers des charges Fairtrade, nous l’encourageons à les signaler à FLOCERT, de sorte qu’ils puissent assurer un suivi lors des audits : https://www.flocert.net/fr/rencontre-flocert/qualite-et-appels/ . La problématique que vous dénoncez est en effet scandaleuse et relève de mauvaises pratiques de certains acteurs commerciaux. Les « retours terrain » dont vous faites état sont à cet égard utiles: aidez-nous à changer leurs pratiques pour qu’un maximum de petit.e.s producteurs.rices de café puissent bénéficier de conditions commerciales plus justes.   Nous vous invitons à transmettre toutes les éléments factuels dont vous disposez à travers cette plateforme.

Partager l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *